Diabète gestationnel : le comprendre et le gérer

Principale complication de la grossesse, le diabète gestationnel empoisonne peut-être votre bonheur. Heureusement, il existe des mesures efficaces pour le gérer jusqu'à l’arrivée de bébé. Mais au fait, le diabète gestationnel, qu’est-ce que c’est, et surtout quels sont ses risques ? Les clés pour bien comprendre cette pathologie et pour mieux contrôler sa glycémie enceinte.

Comprendre les effets du diabète gestationnel

Quand on est enceinte, le métabolisme des glucides se modifie pour favoriser l’alimentation du fœtus. En réponse à ce phénomène, le pancréas sécrète davantage d’insuline (l’hormone qui favorise l’absorption du sucre par les cellules adipeuses).

Mais parfois, l’organe ne parvient pas à produire toutes les hormones nécessaires. Le glucose excédentaire reste dans le sang, engendrant des hyperglycémies : c’est le diabète gestationnel. Présent chez plus de 10 % des femmes enceintes, il apparaît en général au deuxième trimestre de la grossesse. Et ses effets peuvent toucher le bébé à naître, mais aussi la future maman.

Que risque mon bébé ?

Si vous souffrez de diabète gestationnel, le principal risque pour votre bébé est de naître avec un poids de naissance supérieur à la normale (plus de 4 kilos). Ce phénomène, appelé macrosomie, concerne 20 à 30 % des nouveau-nés dont la maman a développé la maladie.

Femme enceinte protège son ventre

Un poids élevé peut compliquer la naissance de votre enfant, jusqu'à nécessiter une extraction instrumentale ou une césarienne en urgence. Un déclenchement anticipé (pour éviter que votre bébé ne grossisse davantage dans votre ventre) ou encore une césarienne programmée peuvent donc parfois vous être proposés.

Par ailleurs, le nouveau-né est plus à risque que la moyenne de présenter une détresse respiratoire. Parmi les explications possibles, la césarienne, la prématurité ou encore une maturation ralentie du surfactant (la substance recouvrant les alvéoles pulmonaires) - toutes trois plus fréquentes en présence d’un diabète gestationnel.

À la naissance, le bébé peut également présenter une hypoglycémie. Des mesures adaptées, comme une alimentation précoce, fréquente et enrichie, permettent cependant d’y remédier. Un ictère (ou jaunisse) particulièrement prononcé peut par ailleurs apparaître. Mais il est généralement bien pris en charge et sans gravité.

Risques et symptômes chez la future maman

En cas de diabète gestationnel, vous bénéficiez d’une surveillance étroite : plus sujette aux infections urinaires que les autres femmes enceintes, vous courez également certains risques plus graves, comme la prééclampsie. Caractérisée par une hypertension artérielle et un excès de protéines dans les urines, cette pathologie nécessite une hospitalisation.

Par ailleurs, bien que le diabète gestationnel s’achève avec la grossesse, il arrive qu’il ait des conséquence au-delà de l’accouchement : 30 % des femmes concernées développent malheureusement un diabète de type 2, c’est-à-dire une hyperglycémie chronique, plus tard dans la vie. Une possibilité qui concerne également le bébé…

Cependant, malgré ses risques, le diabète gestationnel présente une particularité qu’il faut bien comprendre : il n’engendre souvent aucun symptôme. S’il cause parfois une grande fatigue ou des envies fréquentes d’uriner, celles-ci se confondent possiblement avec les effets normaux de la grossesse. En revanche, une prise de poids vraiment rapide ou encore une soif intense constituent des motifs d’alerte !

Femme enceinte chez le médecin

Pour diagnostiquer la maladie, un dépistage par prise de sang est systématiquement pratiqué chez les femmes enceintes à risque. C’est votre cas si vous avez plus de 35 ans, un surpoids, des antécédents familiaux de diabète, des antécédents de diabète gestationnel, ou si vous avez déjà accouché d’un « gros bébé ». En l’absence de facteur de risque, un simple test par bandelette, à chaque visite prénatale, vérifie l’absence de sucre dans les urines.

3 conseils pour gérer son diabète gestationnel

Si vous souffrez de diabète gestationnel, la bonne nouvelle, c’est que vous pouvez en réduire les risques ! Dans certains cas, la pathologie exige des injections d’insuline, mais bien souvent, des mesures hygiéno-diététiques suffisent à la maintenir sous contrôle… Voici les principales, à appliquer en concertation avec les professionnels de santé qui vous entourent.

Femme enceinte repas au restaurant

Contrôlez votre glycémie par l’alimentation

Pour gérer votre glycémie, adapter votre régime alimentaire est essentiel. Les conseils à suivre en priorité :

  • Privilégiez les aliments à indice glycémique bas, c’est-à-dire ceux qui n’élèvent pas beaucoup le taux de glucose sanguin. Il s’agit essentiellement des légumes, des protéines, des légumineuses et des céréales complètes.
    En revanche, les produits sucrés (boissons, gâteaux…) et les produits céréaliers raffinés (baguette, coquillettes, riz blanc…) sont à éviter. Pour mieux comprendre quoi manger, n’hésitez pas à utiliser des tables d’IG, comme celle du professeur Jennie Brand-Miller, spécialiste internationale de l’index glycémique (https://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/le-potentiel-sante-des-aliments/index-et-charge-glycemiques/tableau-des-index-glycemiques).
    Vous pouvez également télécharger l’application mobile développée par Pierre Moati, « Mon Coach IG Bas » (Android, iTunes).

  • Misez sur les bonnes associations : un aliment riche en glucides verra son indice glycémique baisser si vous l’associez à un aliment riche en lipides, en protéines ou en fibres. Mangez donc votre pain avec du beurre, vos pâtes avec du jambon et votre riz avec des légumes !
Femme enceinte qui nettoie des légumes
  • Ne dépassez pas la ration calorique qui répond à vos besoins nutritionnels. En cas d’excès de calories, votre glycémie peut grimper. La ration adéquate est à déterminer avec l’équipe médicale chargée du suivi de votre diabète.

  • Fractionnez vos repas si nécessaire. Chez certaines femmes enceintes, ne faire que trois repas par jour favorise les fluctuations de la glycémie. Dans ce cas, ajouter une collation et un goûter peut s’avérer très utile pour les gérer.
  • Réduisez les risques grâce à l’activité physique

    Les muscles contribuent à éliminer le sucre sanguin excédentaire. Pour contrôler votre diabète gestationnel, il est donc important d’entretenir votre forme grâce à un exercice physique régulier. Sauf en présence d’une contre-indication particulière, la grossesse n’impose pas l’inactivité !

    Poursuivez ou adoptez une pratique adaptée à votre état de femme enceinte. Évitez donc les sports à impact, à risque de chute ou de choc, et optez plutôt pour la natation, la gym douce, le Pilates, le yoga prénatal ou encore le vélo d’appartement. Rien de tout cela ne vous donne envie ? Aucun problème, une simple marche suffit.

    La bonne fréquence pour obtenir des résultats sur votre glycémie est de trois à cinq sessions d’exercice par semaine, d’une demi-heure minimum. Mais attention à ne pas vous essouffler : pour permettre à votre futur bébé de rester bien oxygéné, une allure modérée s’impose.

    Femme enceinte exercices

    Surveillez votre glycémie avec un moniteur

    Après le diagnostic d’un diabète gestationnel, le médecin peut vous prescrire un lecteur de glycémie. Entièrement pris en charge par la sécurité sociale, ce moniteur permet de personnaliser les conseils généraux au plus près.

    Le principe : l’autocontrôle de votre glycémie, en particulier avant et après un repas ou un effort, et cela quatre à six fois par jour. Vous voyez ainsi si les mesures mises en place portent leurs fruits, ou s’il vous faut par exemple réduire les quantités de nourriture par repas.

    Dans la majorité des cas, une alimentation à indice glycémique bas, couplée à une activité physique régulière, permet de ramener la glycémie à des niveaux acceptables. Si le diabète gestationnel doit se prendre très au sérieux, c’est également une pathologie qui se maîtrise. Pour votre santé et celle de votre enfant à naître, appliquez les mesures nécessaires au pied de la lettre !

    Laissez un commentaire 0 commentaires

    Laissez un commentaire: