Symptôme de fausse couche ou fausse alerte ?

À chaque moment de la grossesse, ses angoisses. Épée de Damoclès du premier trimestre, la fausse couche concerne 15 à 25 % des femmes enceintes. Alors bien sûr, face à tout symptôme inhabituel, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous inquiéter : avortement spontané ou fausse alerte ? Si seul un médecin pourra poser le diagnostic, certains signes doivent vous inciter à consulter.

Je saigne, s'agit-il d'une fausse couche ?

Enceinte depuis peu, voilà soudain que vous saignez. Angoissée, vous vous interrogez sur la viabilité de votre grossesse ? Effectivement, de nombreuses fausses couches se manifestent par des saignements vaginaux, souvent associés à des douleurs rappelant les crampes menstruelles.

Femme fausse couche nettoyant tâche de sang

Mais des écoulements de sang peuvent aussi survenir alors que tout va bien ! En fait, jusqu'à 20 % des grossesses normales s'accompagnent de saignements. Parfois inexpliquée, la présence de sang peut alors indiquer :

  • la nidation : chez certaines femmes, l'implantation de l'œuf peut faire saigner la paroi utérine, fortement vascularisée.
  • un petit décollement du trophoblaste (le tissu entourant l'embryon), sans conséquence pour la suite de la grossesse ;
  • des règles anniversaires : survenant à la date théorique des règles, ce phénomène peu connu est sans danger pour le futur bébé.
  • une petite blessure au col de l'utérus, souvent suite à un rapport sexuel ou à un examen gynécologique.

Pour distinguer un saignement bénin d'un vrai signe de fausse couche, un diagnostic médical s'avère nécessaire. Par ailleurs, consulter permet parfois d'éviter certaines complications graves...

L'hémorragie pendant la grossesse, un signe d'urgence

En cas de saignement vaginal, la couleur des pertes (brune ou rouge) n'est pas forcément révélatrice de ce qui vous arrive. En revanche, la quantité de sang perdue doit vous alerter sans tarder si elle est vraiment importante.

Image femme passant balai après fausse couche

Urgence médicale, heureusement exceptionnelle, la fausse couche hémorragique exige en effet une prise en charge très rapide. Si vos saignements s'accompagnent de malaises, de nausées ou encore de tachycardie, il vous faut voir un médecin immédiatement.

Mon taux HCG n'augmente pas assez... symptôme ou fausse alerte ?

Fréquemment demandé par les gynécologues, le dosage bêta HCG permet de détecter la présence de l'hormone sécrétée par le placenta. Lorsque la grossesse est évolutive, le taux de bêta HCG double généralement tous les deux jours.

Censée faciliter le diagnostic et la datation de la grossesse, la prise de sang engendre aussi, parfois, de fausses alertes : significatif chez 85 % des femmes enceintes, le taux de bêta HCG peut en revanche sembler trop faible chez certaines futures mamans... pourtant porteuses d'un embryon en parfaite santé !

Mais pour d'autres, malheureusement, l'aventure de la grossesse se termine bel et bien, du moins jusqu'à la prochaine tentative. L'hypothèse d'un avortement spontané est à envisager d'autant plus sérieusement si :

  • Votre taux de béta HCG ne se contente pas de stagner, mais diminue.
  • Vous constatez la disparition de vos signes sympathiques de grossesse. Seins  lourds, nausées, troubles digestifs... : ces signes peuvent bien entendu varier selon les femmes.
  • En refaisant un test de grossesse urinaire, il s'avère, cette fois, négatif.

Dans toutes les situations, contacter votre gynécologue s'impose également.

On ne voit rien sur mon échographie !

Pour s'assurer de la présence et du bon développement de l'embryon, l'échographie constitue un examen précieux. Cependant, tout comme les tests de grossesse, elle peut se révéler trompeuse si elle est réalisée trop tôt !

Ainsi, les échographies anticipées, souvent destinées à dater la grossesse, ne montrent pas tout  avant six semaines d'aménorrhée : le sac gestationnel est déjà visible, mais l'embryon, lui, ne se laisse pas soupçonner. Si vous vous trouvez dans ce cas, une échographie un peu plus tardive devrait lever les doutes sur une possible fausse couche.

Mais après 6 SA (semaines d'aménorrhée), l'échographie de grossesse permet également de dépister certaines fausses couches particulièrement discrètes... Redouté, le scénario est toujours possible :  il n'y a eu ni saignements ni douleurs, mais aucun embryon n'apparaît sur l'écran du moniteur. On ne perçoit pas non plus de battements cardiaques.

Femme fausse couche dépression

C'est la fausse couche asymptomatique : la grossesse s'est arrêtée, mais l'embryon n'a pas (encore) été expulsé. Il peut également s'agir d'un œuf clair : l'ovule a bien été fécondé, mais la division cellulaire n'a pas produit d'embryon, et le sac gestationnel est resté vide.

La majorité des avortements spontanés passe inaperçue

Une fausse couche sans symptômes, ça vous surprend ? Sachez qu'il s'agit en réalité de la situation la plus courante... En effet, les fausses couches les plus fréquentes interviennent très tôt, dans les jours mêmes qui suivent la fécondation.

Conclusion

Vous n'avez même pas eu le temps de vous sentir enceinte, encore moins d'effectuer un test de grossesse, que tout est déjà terminé. Et c'est tant mieux : si la fausse couche constitue une véritable épreuve, l'ignorer quand elle se produit vous évite angoisse et chagrin...

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire: